Histoire de l’entreprise

Lyon & HealyHistoire de l’entreprise

Au mois de mai 1864, deux jeunes bostoniens, George W. Lyon et Patrick J. Healy, décidèrent de saisir leur chance à Chicago.

Face à eux, dans Clark Street, s’étendait un océan de boue suite aux pluies printanières. Quelques marches bringuebalantes, tels des pilotis sortant de la boue, menaient à des bâtiments en bois délabrés. « Rentrons à Boston, soupira George Lyon, le plus âgé des deux, au moins nous ne nous casserons pas cou. » Patrick Healy, qui avait seulement 24 ans, reprit son aplomb sur les marches pour regarder autour de lui. « Non, répliqua-t-il, je ne reviendrai jamais en arrière. »

George Lyon et Patrick Healy avaient été envoyés par Oliver Ditson, éditeur musical, pour ouvrir un magasin de partitions afin de vendre ses publications. Le 14 octobre 1864, les deux partenaires ouvraient les portes d’un petit magasin rempli de partitions à l’angle de Washington Street et de Clark Street. Ditson avait prévenu les deux jeunes hommes que, s’ils avaient beaucoup de chance, ils pouvaient espérer gagner 100 000 dollars par an au bout de dix ans. En moins de 12 mois, ils avaient déjà dépassé cette somme. Six jours seulement après l’ouverture du magasin, ils lancèrent leur première publicité dans le Chicago Tribune, à côté d’un article relatant la célèbre Marche du Général Sherman vers la mer. Peu de temps après, Lyon & Healy étendit son activité à la vente et à la fabrication d’instruments.

Lyon & Healy réussit à survivre au Grand incendie de 1871 tout simplement parce que les deux partenaires s’étaient suffisamment assurés pour pouvoir reconstruire (ils avaient subi un grave incendie l’année précédente).

Lors de la reconstruction, ils rachetèrent l’activité de vente de pianos d’une autre entreprise, et devinrent ainsi les seuls représentants des pianos Steinway & Sons dans la zone de Chicago. Cette relation fut très importante pour l’entreprise pendant de nombreuses années. Charles H. Steinway fut d’ailleurs porteur honoraire lors des funérailles de M. Healy en 1905, et Henry Z. Steinway offrit à Lyon & Healy un tableau pour le centenaire de l’entreprise en 1964.


Après la reconstruction, M. Healy mit au point un nouvel outil de vente, un catalogue illustré, changement radical par rapport à la tradition de secret autour des prix et de vente sur échantillons en cours à l’époque.

C’est à cette époque que M. Healy décida de fabriquer la « plus belle harpe jamais vue au monde ». Il eut cette idée car il avait remarqué que les ateliers de réparation de Lyon & Healy recevaient un flux constant de harpes qui semblaient toujours avoir besoin de réparations importantes. Il mit des années à mettre au point cet instrument, pour lequel un investissement important en recherche et développement fut nécessaire. La première harpe fut terminée il y a plus de 130 ans, en 1889, et était utilisée tous les jours à la Morgan Park High School de Chicago, puis fut rendue à Lyon & Healy en 1979. Elle est actuellement exposée au Museo dell’Arpa Victor Salvi, en Italie.

Les harpes Lyon & Healy commencèrent à se vendre dans le monde entier, et à être reconnues comme une référence dans les grands orchestres symphoniques.

Autour de 1890, Lyon & Healy commença à fabriquer ses harpes dans une fabrique à l’ouest du centre-ville de Chicago, où elle se trouve encore actuellement.  1890 est également l’année de la naissance de la harpe Style 23, qui est aujourd’hui la harpe la plus reconnaissable au monde. Mettant en valeur l’expertise des artisans Lyon & Healy en matière de travail du bois, elle est ornée d’une gravure florale délicate au niveau du chapiteau, du haut de la colonne, du socle et des pieds, et d’un motif en fleur de lys au bas de la colonne.

Lors de l’Exposition Universelle de 1893, à Chicago, Lyon & Healy occupait un pavillon de deux étages décoré de terracotta et d’or, où l’entreprise présenta ses harpes et donna des concerts chaque jour des six mois que dura l’exposition. L’exposition de harpes reçut le diplôme suprême du jury pour les nombreuses améliorations apportées à cet instrument ancien.


Au début du XXe siècle, la musique et les instruments mécaniques commencèrent à influencer sur le secteur musical. Le premier gramophone Edison, qui se remontait à la main, et lisait des disques en cire, a joué certaines de ses premières chansons chez Lyon & Healy. Au tournant du siècle, Lyon & Healy était le plus grand établissement musical au monde, ses armoires contenaient des partitions de tous les grands éditeurs, la maison disposait d’une vaste gamme de pianos et d’orgues de qualité, les fanfares marchaient au rythme de la musique jouée sur des instruments Lyon & Healy, des violonistes de renom venaient y acheter des instruments anciens et rares, une harpe Lyon & Healy au chapiteau doré trônait dans chaque orchestre symphonique et lyrique de Chicago à Tokyo, et les tourne-disques Victrola entraient rapidement dans les foyers.

Le secteur de la radiodiffusion en était encore à ses balbutiements quand, en avril 1922, Lyon & Healy fut l’une des premières entreprises de Chicago à sponsoriser une émission de radio commerciale. La publicité pour le programme, publiée dans les journaux, avertissait que l’émission serait présentée par Lyon & Healy « si les conditions météo le permettaient ».

En 1928, Lyon & Healy présenta la harpe Salzedo, conçue en collaboration avec le célèbre harpiste Carlos Salzedo. Aujourd’hui encore, c’est l’un des modèles les plus reconnaissables de la marque, en raison de son style Art déco intemporel affichant des lignes et des angles affirmés qui créent un profil inimitable.

En 1935, l’entreprise lança un instrument révolutionnaire. La Dépression n’était pas encore terminée, les salaires avaient baissé, la tendance était aux appartements en ville et aux maisons de dimensions réduites. Les fabricants de pianos résolurent le problème en créant un bon piano requérant moins d’espace et coûtant moins. C’était le « piano vertical », et Lyon & Healy fut le premier distributeur au monde à présenter, stocker et vendre cet instrument important, dont on dit qu’il a revitalisé l’industrie des pianos.

La harpe moderne Style 30, à la construction révolutionnaire, fut créée en 1959, et se distingue par un aspect somptueux et formel, et une forme architecturale qui lui confère un son unique, très apprécié des harpistes symphoniques. Quelques années plus tard, Lyon & Healy présenta une autre nouvelle harpe, de plus petite taille, la Troubadour, qui était à la portée des débutants et des amateurs en raison de son prix modéré.

En 1964, l’entreprise lança un nouveau modèle au style contemporain et gracieux, la Centennial model 100, pour commémorer les 100 ans de l’entreprise et les 75 ans des harpes Lyon & Healy. Dans les années 70, le département Harpes de Lyon & Healy prospérait, mais il était manifeste qu’il ne pourrait plus maintenir une gamme complète de produits et services. L’entreprise décida alors de se concentrer uniquement sur la fabrication et la vente de harpes.

Grâce aux améliorations technologiques, autour de 1982, la longue attente nécessaire pour l’achat d’une harpe à pédales avait nettement diminué. En 1985, Lyon & Healy Harps fut le premier facteur de grandes harpes à produire en grand nombre une petite harpe sans pédales, la harpe Folk. Grâce à ses dimensions compactes, elle était accessible à tous les musiciens, même les plus petits gabarits, et était facile à transporter grâce à son faible poids. C’est également à cette époque qu’a été lancée la Style 85, harpe à pédales abordable, au design subtil et élégant. La série Style 85 a été étendue jusqu’à comprendre 5 dimensions, et est devenue l’une des harpes les plus vendues au monde. Victor Salvi

Dans les années 70 et 80, l’avenir de l’entreprise Lyon & Healy Harps, bien qu’elle ait changé de mains, était avenir incertain. En 1987, Victor Salvi, fondateur de l’entreprise italienne Salvi Harps, causa la surprise dans le monde des harpes en ajoutant Lyon & Healy Harps à son groupe, afin que l’entreprise puisse continuer à se concentrer sur la fabrication des harpes Lyon & Healy, comme elle le faisait depuis 1889.

En 2003, Lyon & Healy Harps présenta la Silhouette, une harpe celtique électrique au design moderne et innovant, qui permet de jouer assis ou debout. Son faible poids de seulement 7 kg permet aux harpistes de s’exprimer aussi librement dans leurs mouvements que par leur musique.

Aujourd’hui, Lyon & Healy Harps continue à fabriquer ses harpes dans sa fabrique de Chicago, et reste l’un des fabricants de harpes les plus renommés au monde.

Ravi de son rôle de leader dans le monde des harpes, Lyon & Healy Harps soutient cet instrument en offrant des prix lors de concours prestigieux tels que le USA International Harp Competition et le Concours international de harpe en Israël, et en promouvant des concerts, en commissionnant et en publiant des œuvres pour harpe.

Lors des célébrations du 150e anniversaire de l’entreprise, Emmanuel Rahm, maire de Chicago, a déclaré le 4 juin 2014 la Journée de Lyon & Healy Harps à Chicago, « en reconnaissance de l’influence durable de Lyon & Healy Harps sur la culture collective de la ville ».


Pour plus d’informations, contactez Keri Armendariz, Directeur marketing, au +1.312.786.1881 x 307.